Jour 200, Sylvain : MARTYN BATES, Your Jewled Footsteps (2006)

Publié le par On a Good Day


Pochette de Your Jewled Footsteps, vue par François Matton

Album en écoute intégrale (sous l'article)

J'écoute ça épuisé, après une séance d'écriture, lorsque je n'ai plus rien à conquérir. La savante instabilité de la voix de Martyn Bates me rappelle alors mes phrases les plus dépenaillées, écrites en me disant « Allez je le tente ». Celles dont la plupart disparaîtront à la séance suivante. Martyn Bates, lui, n'efface pas. Dans son studio personnel de Nuneaton (Mid- lands, Angleterre), il enregistre. Son approche est restée adolescente : l'expérimentation prime sur le résultat.


Chose extraordinaire, Martyn Bates n'a pas de fiche Wikipedia. Il en existe une pour Eyeless in Gaza, le duo qu'il forme par intermittences depuis trente ans avec Peter Becker, mais Martyn Bates en solo c'est lé- gèrement différent. (Précisons qu'une légère différence entraîne sur la surface étale de cette musique un bouleversement complet du paysage.) Impossibles, ses débuts de chansons excluent tout espoir de dévelop- pement, donc il ne les développe pas, laisse juste le temps passer sur eux.

Ce début impossible par quoi passe le temps, c'est la chanson.


Ce CD, Your Jewled Footsteps, est une compilation de disques si rares (Bates solo + collaborations hors Gaza, 1979-2006) qu'il peut être possédé pour lui-même. Il vaut album, conçu comme tel, recomposé sans chrono- logie, et unifié par le mixage. L'écriture de Bates a pour point commun avec ACDC d'être posée depuis le début et d'avoir à peine varié ensuite. (Sauf que là, si le chanteur décède, il n'y a plus personne pour demander à quelqu'un de le remplacer.)


Peut-être, quand on parle de la mort d'un genre (« la mort de la peinture », « la mort du cinéma », « la mort du rock »), ne s'agit-il pas d'un constat objectif, sujet à datation et à controverse, mais d'une phase donnée de la sensibilité d'un homme. D'une hypothèse. A tel moment de ma vie, me voici plus réceptif à la part de mort présente en toute chose. Sous cet angle, il est permis de dire que M. Bates compose une œuvre « de la mort de la pop » ; une pop post-mortem ; une pop pour l'On a Good Day post-mortem qui s'ouvre ce 14 octobre au soir.


C'est à la troisième écoute qu'apparaît le caractère terrien, villageois, en partie gaélique, d'une telle collection de chansons. Voilà une musique folk du Royaume-Uni, vierge des évolutions américaines de la souche de départ. Revenir à cette souche, interroger son développement avorté par la domination du grand cousin, se demander ce qu'il reste pour se définir dans un espace géographique donné, et tenter de le faire au présent (dire sa terre tout en proposant une vision de la modernité) : je vois quatre personnes en Angleterre pour réaliser ce travail, Martyn Bates, Andy Partridge, Martin Newell et Kate Bush.


Les photos de pochette (« L'environnement du musicien à Nuneaton », lit-on) sont instructives ; sans intérêt photographique particulier, sauf dans l'imagination et l'envie de celui qui déclenche, elles disent parfaitement l'ici et maintenant de se trouver en Angleterre et nulle part ailleurs : la bow-window du voisin ; les feux de stop d'une voiture, rouges au milieu de la rue, vus à travers la vitre mouillée d'un autre véhicule ; etc. A leur image, les morceaux de cette musique d'apparence étale, en se rejoignant par-delà les années, créent une tension du sentiment d'exister, où l'on sera surpris de soudain reconnaître un pur accès de joie.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Merci, merci, merci pour la reprise du blog. C'est avec grand bonheur que je lis ce M.Bates. Il s'agit d'une lecture sur blackberry donc un peu tronquée (désolé pour le dessin) et alors que se termine France-Tunisie, mais promis, je vous lis des demain sur grand écran. Encore merci, vous nous avez beaucoup manqué. Stéphane L
Répondre
J
Merci Sylvain pour ce beau texte. Je suis particulièrement sensible au 5ème paragraphe et à ton analyse de ce rapport à un folklore anglais pré-Beatlesien, pré-Victorien, du fond des âges. "Dire sa terre tout en proposant une vision de la modernité." Je ne connais pas Martyn Bates mais suffisamment bien les autres (Partridge, Newell, et Kate Bush, à un degré moindre) pour attester de la pertinence de ton postulat. Je crois qu'une partie des disques de Richard Thompson, peut-être, pourrait se revendiquer de cette école, si elle en était une. Je crois aussi - mais je ne peux complètement le prouver - que si cette école n'était aujourd'hui si sous-représentée, et au détriment d'une autre dont le leitmotiv serait plutôt "dire son quotidien tout en proposant une vision à peine liftée du passéisme" (Arctic Monkeys, Babyshambles, Wombats, etc.), je ne m'apprêterais pas forcément à quitter l'Angleterre.
Répondre
S

Merci à toi, Julien, d'autant que ce paragraphe résume quelque chose qui m'occupe depuis longtemps, et je craignais d'avoir trahi l'idée par une formulation trop rapide (la "terre" par exemple
n'est pas celle dont on dit qu'elle ne ment pas, je parle d'autre chose, du fait d'être là, de vivre en un lieu et d'être privé d'un langage pour le dire.) Richard Thompson, c'est certain, oui.
Nous en trouverons d'autres, à suivre...